Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons chacun un rôle à jouer pour instaurer un climat de paix
 authentique. Si en tant qu’individu, on parvient à désamorcer ses bombes 
intérieures – en neutralisant ses pensées et ses émotions négatives et en cultivant ses qualités positives – on crée les conditions favorables au désarmement extérieur.

Dalaï-Lama

 

 

 

 

Toute l’histoire a commencé il y a maintenant trois ans, en Décembre 2012 quand nous avons reçu nos amis moines bouddhistes Ngotup et Thupten à « L’Instant du papillon » lors de leur voyage en Europe.

Ils nous ont fait le plaisir de rester chez nous durant trois jours, et
 certains élèves et amis ont eu le plaisir de les voir, d’assister à une
 conférence, d’écouter leurs chants, de méditer avec eux, et même par la suite de partager un repas …

C’est à cette époque que Thupten nous a parlé de son village et du centre de médecine tibétaine en construction au Ladakh, au fin fond de la majestueuse vallée de la Nubra.

 Il était en recherche d’aides financières pour terminer la construction de ce centre.

 

État des travaux en juin 2012

C’est alors que nous avons décidé de les aider par le biais de mon
 association « L’instant du papillon ». 
Cet été là, en Juillet 2014, nous sommes partis sur place avec un groupe de 11 personnes pour les rencontrer.
 Ce texte qui suit vous résumera un peu notre voyage et son but.

Rentrée de ce dernier voyage en Inde, mon souhait de continuer à les aider me tenait encore plus à cœur.
 Pour savoir comment aider à la construction de ce centre, merci de lire et de regarder les documents joints.
 Un grand merci pour les photos de Jean Christophe Louchart, Bénédicte Van Tichelen, Théophile Germon (participants au voyage).
 Un grand merci aussi à Jean Christophe Battesti, élève en cours collectif et graphiste, pour l’aide bénévole qu’il m’a apportée dans la réalisation du calendrier 2015.

EnregistrerEnregistrer

Les villageois du village de Khyungru qui nous ont accueilli avec leurs habits de fête …

Merci pour les villageois de Khyungru qui attendent votre aide.

 

 

 

 

 

Texte (figurant au dos du calendrier) sur le dernier voyage au Ladakh à la rencontre des villageois de Kyungru

Kalachakra, Leh, Ladakh et vallée de la Nubra, Village de Khyungru, Juillet 
2014.
COMPASSION ET EMOTIONS

Il ne faut pas plus de vingt quatre heures d’Europe par les voies aériennes 
pour rejoindre « le petit Tibet », le Ladakh, pays des cols à plus de cinq 
mille mètres d’altitude. Cela va trop vite et trop haut. Un groupe de onze 
personnes s’est formé qui, pour la plupart, faisant leurs premiers pas sur 
une terre bouddhiste… et quelle terre ! Imprégnée de prières où les bannières 
de drapeaux à prières claquent au vent puissant et où s’envolent et
 retentissent des monastères de nombreux mantras OM MANI PADE UM le joyau
 dans le lotus MANTRA DE COMPASSION.

Juley, Juley, bienvenue au 33éme KALACHAKRA rituel bouddhiste dirigé par sa
 sainteté le XIV DALAI LAMA à Leh, capitale du Ladakh. Nous avons eu la
 chance d’assister à une des dernières journées au cœur de tout un peuple du 
monde bouddhiste himalayen, plus de 120 000 personnes ainsi que 6000 
étrangers en quête d’un message de paix et de sérénité. Ce fut un grand 
moment de ferveur collective à l’écoute des différents messages et alternant 
avec les moments de prières et de méditation. Moines, moinesses et
 moinillons tous assis à même le sol en lotus aux regards et attention
 dirigés vers leur dieu vivant et bien présent KUNDUN le dalai lama.

Mais là ne s’arrêtait pas notre voyage et notre quête. Accompagnés de nos
 deux amis moines ladakhis, dont un plus particulièrement « Konchok THUPSTAN », 
responsable de la mise en route du projet de construction du centre de
 recherche de médecine tibétaine du village de KHYUNGRU dont il est 
originaire, et qui nous conduira après deux jours d’enchantement au cœur de 
la majestueuse vallée de la NUBRA vers ce lieu d’un bout du monde.

Quel accueil, nous étions attendus par tout un village! Le lama RIGZEN
NAMGAIL, vénérable du lieu veillant sur ces villageois et villageoises, qui
 nous attendaient comme si nous étions des membres de leurs familles. Après 
une visite escarpée de la GOMPA locale, creusée à même la montagne, dont une
 partie apparaît comme collée sur la paroi et une « puja », prières et mantras 
des plus vibrantes. Nous furent conviés à un repas, tous assis sur la
 terrasse du futur centre.

Quel repas, qui débordait d’amour, de bienveillance et de bonnes saveurs, 
une assiette merveilleuses de légumes locaux ! Et là, quelle fut notre
 surprise d’improviser une chanson aux sonorités françaises à la demande
 générale ! Les voix et les paroles d’un « frère Jacques » s’envolèrent à 
l’unisson et des sourires çà et là en disaient long sur le plaisir de nos 
hôtes.

Eux aussi ne tardèrent pas pour notre grand étonnement à entamer un chant 
local aux sonorités si douces et si vibrantes, nous transportant dans un 
monde si propre à ces lieux, où règnent une grande paix et joie de vivre
 parmi tout un peuple au cœur pur. Les émotions étaient à leur comble, et les 
larmes coulèrent sur de nombreux visages. Nous avons remis notre enveloppe
 d’aide à la construction du centre, pour lequel il manque encore dix mille 
euros. Des kathas en soie blanche nous sont remis autour du cou en signe de
 bienvenue. Il nous fallait repartir, nous extraire de ce cocon de
 gentillesse naturelle, en nous promettant de revenir au village de KHYUNGRU
 pour l’inauguration du centre une fois fini, en 2016.

Merci à tous les participants de ce voyage mémorable, et longue vie à nos 
amis Ladakhis peuple et vestiges d’un monde meilleur en devenir, MAITREYA 
BOUDDHA DU FUTUR.

Martine PICOT, fondatrice de l’association « L’instant du papillon » et
 Christian GERMON, voyageur marcheur à travers les himalayas ont 
contribué à faire que ce voyage hors des sentiers battus se passa sous les meilleurs auspices.

 Pour les dons en faveur du centre de médecine Tibétaine à Khyungru, 
contactez : « L’instant du papillon » Martine Picot/0618775130 
bienvenue@linstantdupapillon.info

INTITULE DU PROJET : Centre de Recherche sur la Médecine Traditionnelle Himalayen
SITUATION DU BATIMENT :
Village : Khyungru,
Block : Nubra,
District : Leh,
State : Jammu & Kashmir – India
SOCIETE DE MISE EN ŒUVRE : Welfare Sabha, Khyungru, Nubra
NUMERO DE REGISTRE DE LA SOCIETE : 1698-S.1990

 

LE VILLAGE
Le village Khyungru est dans le « Nubra Block » dans la partie haute de la vallée Nubra à une altitude moyenne de 3962 mètres. Il est à 170 km de Leh. Les habitants restent très isolés des autres habitants de la vallée à cause d’un réseau routier et de communication inadéquate. Ils mènent une vie très simple et respectueuse de l’environnement. Leurs principales sources de revenus sont l’agriculture et l’élevage de bétail. Ils mangent ce qu’ils produisent, et n’utilisent pas d’engrais chimiques. Le village étant isolé pendant de longues périodes à cause de son éloignement et des chutes de neige abondantes, les villageois s’occupent en confectionnant leurs propres chaussettes, bonnets, pulls, chaussures, etc.
Historiquement, les conditions socio-économiques des habitants ont été très inférieures à celles des autres habitants de la vallée Nubra. Actuellement, grâce à la construction de routes, ces conditions ont tendance à s’améliorer. Les gens commencent à réfléchir au sujet de leurs soins de santé. Ils sont complètement interdépendants pour mener à bien leur travail domestique et agricultural.
La région est richement dotée en hauts pâturages et en plantes médicinales, herbes et minéraux, ainsi que de sources chaudes qui sont utiles dans le traitement de différents problèmes de santé. Cette richesse est une excellent base pour la fondation d’un centre de recherche en médecine traditionnelle. Chaque village de la région a un ou deux « Amchi » (soignants traditionnels) qui s’occupent des problèmes de santé des habitants. L’apparition imminente de la modernité et du développement mettent la flore et la faune de la région en danger d’une extinction rapide. Il est urgent de les préserver.

BREVE DESCRIPTION DE LA SOCIETE

Le projet d’un centre de recherche en médecine traditionnelle Himalayen a été conçu en 2008. Quelques jeunes dynamiques et motivés ont senti qu’il y a un besoin urgent de préserver, renforcer et promouvoir les médecines traditionnelles et Tibétaines pour leur singularité : sans effets secondaires, respectueuses de l’environnement, sans produits chimiques, etc. Cette forme de médecine a toujours été très utilisée, mais moins actuellement que par le passé parce qu’elle est graduellement remplacée par le système allopathique et parce que les plantes médicinales sont moins disponibles de nos jours. Comme ce système de santé constitue une partie très unique de notre culture et possède des qualités uniques pour le traitement de beaucoup de problèmes ayant trait à la santé, nous pensons que notre premier devoir est de le préserver et même renforcer. C’est pourquoi nous avons constitué la société reconnue THE WELFARE SABHA, KHYUNGRU GONPA.

1. BREVE DESCRIPTION DU SYSTEME DE MEDECINE AYURVEDIC / TIBETAIN / TRADITIONNEL

La médecine Tibétaine est un système qui est pratiqué depuis plus de 1500 ans et est encore pratiqué aujourd’hui, malgré l’exil des Tibétains. Elle est de plus en plus connue en Europe et ailleurs dans le monde, et la demande pour cette médecine est en augmentation.

La médecine Tibétaine est basée sur un cadre très cohérent et logique et une compréhension approfondie du corps – et son rapport avec l’environnement – avec une approche holistique à la recherche des causes des maladies. Les cachets de médecine Tibétaine sont fait à la main de plantes pures et de minéraux, produits dans des environnements hautement protégés et utilisant des formules très efficaces et reconnues. Les dispositions de régime alimentaire et de mode de vie qui sont conseillés pour compléter le traitement sont très efficaces dans le traitement de maladies chroniques telles que : l’arthrose, l’asthme, la bronchite, l’hypertension, le rhumatisme, l’acidité gastrique, le déséquilibre hormonal, un système immunitaire affaibli, la dépression et les maladies mentales. Elle vise à équilibrer les énergies fondamentales et d’aider les gens à atteindre une meilleure qualité de vie. La médecine Tibétaine est une science, un art et une philosophie qui fournie une approche holistique aux soins de santé. C’est une science parce que ses principes sont énumérés dans un cadre systématique et logique basé sur une compréhension du corps et ses rapports avec l’environnement. C’est un art parce qu’elle emploie des techniques diagnostiques basées sur la créativité ,la perspicacité, la subtilité et la compassion du soignant. Et c’est une philosophie parce qu’elle accueille les principes clés bouddhistes d’altruisme, karma et éthique.
La médecine Tibétaine et l’une des cinq sciences majeures, et s’appelle « gSwba Rig-pa », la science de la guérison. Elle utilise différentes ingrédients tels que les plantes, les arbres, les pierres, les résines, les terres, les métaux précieux, les jus, etc. Mais 95% de la médecine Tibétaine est basée sur les plantes. Les métaux sont employés dans les 7 sortes de cachets précieux appelés « Rinchen rilpo ». Si le médecin fait le bon diagnostique et administre le bon médicament, la médecine Tibétaine est capable de traiter toutes les sortes de maladies. Mais, elle réussit tout particulièrement dans le traitement de maladies chroniques telles que : rhumatisme, arthrose, ulcères, problèmes digestifs chroniques, asthme, hépatite, eczéma, problèmes de foie, problèmes de sinus, l’angoisse et les problèmes liés au système nerveux.

 

2. POURQUOI UN CENTRE DE RECHERCHE SUR LA MEDECINE TRADITIONNEL HIMALAYEN ?

Malheureusement, ce système de médecine est menacé de remplacement par le système allopathique. Il est essentiel de préserver les plantes médicinales qui sont encore en abondance dans ces régions et de soutenir et propulser le système Amchi traditionnel à travers ce projet. Le projet vise à former des soignants dans la médecine traditionnelle et à fabriquer les médicaments traditionnels.

 

3. NOTRE BUT PRINCIPAL

Préserver,renforcer et promouvoir le système de médecine traditionnel en :
1. Construisant un bâtiment pour mener des recherches sur la médecine traditionnelle
2. Formant des élèves et des personnes intéressées
3. Mettant une clinique « Amchi » à disposition du public
4. Fabriquant des médicaments et les fournir à ceux qui en ont besoin en Tibet et ailleurs dans le monde
5. Ayant une bibliothèque sur la médecine « Amchi »
6. Fournissant des emplois dans ce domaine (médecins traditionnels)
7. Protégeant des espèce rares en les cultivant, assurant ainsi l’avenir du système traditionnel de médecine Tibétaine

4. RESULTAT ATTENDU

Nous visons à obtenir l’implication des habitants du Ladakh en fournissant une éducation et formation Amchi, ainsi promouvant et renforçant ce système. Des jeunes chômeurs pourront donc trouver un emploi. Des espèces rares de plantes médicinales seront cultivées et donc protégées.

5. DISPONIBILITE DE MEDICAMENTS A LA CLINIQUE

Le projet, qui aura pour nom « Le centre de recherche sur la médicine traditionnelle himalayenne » sera installé dans le village Khyungru. Ce village a une situation géographique centrale dans la région Trans Diger Tangyar, et il est facilement accessible aux alentours.

LE PROJET PREVOIT LES BATIMENTS SUIVANTS

1. Hall d’assemblée : les cours seront donnés de manière traditionnelle dans cette pièce
2. Auberge : Les étudiants seront logés dans les chambres de l’auberge, qui comptera une cuisine et salle à manger, en plus d’autres équipements
3. Bâtiment administratif : Pour gérer le centre d’une manière correcte, un bâtiment administratif fera partie du projet

TEMPS PREVU

La construction sera terminée dans les 2 ans.

 

Joli travail de décoration artisanal dans le centre, avancement des travaux en septembre 2015.

Le centre dans la vallée de la Nubra à Khyungru en 2015

Le centre de médecine tibetaine terminé et inauguré en 2016 dans le village de kyungru.